Encerclé par les requins!

Encerclé par les requins!

Un homme flotte à la surface entouré de nombreux requins – Rangiroa (Polynésie française) – © CorriereTV

L’image familière de requins qui encerclent un nageur ou un plongeur semble s’être inscrite dans les esprits comme l’annonce d’une attaque imminente. Réalité ou idée reçue?

Idée reçue. Tourner autour d’une personne est une façon, pour les requins, de se construire une image de l’objet inconnu qu’ils rencontrent dans leur environnement.

Ce comportement est motivé par la curiosité et n’est en rien un comportement de pré -attaque.

La plupart des requins doivent nager en permanence pour respirer, car ils sont incapables de pomper l’eau à travers leurs branchies pour en extraire l’oxygène. Les nageurs ou plongeurs, en présence des requins, ne bougent pour ainsi dire plus ou restent carrément immobiles. Dès lors, s’il désire prolonger son investigation, le requin peut, soit décrire des cercles autour de l’objet qui l’intéresse, soit réaliser des aller-retour vis-à-vis de ce même objet en décrivant une figure qui ressemble à un 8.

Le cercle semble plus avantageux pour le requin: il lui évite de devoir changer de direction en permanence et lui permet de maintenir la même distance par rapport à l’objet. Lorsque l’environnement présente des obstacles, comme dans un récif par exemple, le requin doit s’adapter. Il décrira alors des 8 autour de la personne en s’assurant que son dos est toujours dirigé vers l’eau libre, car pour lui, deux facteurs ont une importance capitale: pouvoir observer et pouvoir fuir, si nécessaire.

L’instinct des requins, comme celui d’autres prédateurs, les pousse toujours à garder des échappatoires. Facile en pleine eau, beaucoup moins dans les récifs. Voilà pourquoi les requins peuvent apparaître plus nerveux à proximité de structures qu’au large.

La distance qu’adopte le requin peut correspondre à son cercle intérieur.

La vue et l’ouïe seront les sens privilégiés par le requin, car ils sont beaucoup plus fiables que l’odorat sur de courtes distances.

Un requin qui s’approche peut également se fier à d’autres organes sensoriels comme les ampoules de Lorenzini et la ligne latérale dont l’acuité augmente au fur et à mesure que la distance vis-à-vis de l’objet diminue.

À une distance d’environ quatre ou cinq mètres, la nage du requin sera plus “nerveuse”. Le requin perçoit les variations de pression émises par le nageur ou le plongeur et s’adapte en permanence à ce qu’il ressent. Le fait de s’approcher toujours plus près de l’objet qu’il inspecte ne traduit en rien une envie de mordre, mais une volonté de comprendre davantage ce qui nage à côté de lui.
La plupart des requins ignorent ce qu’est un homme. Nous ne faisons pas partie de leur évolution et représentons, pour eux, des objets intrigants. Notre taille, notre odeur ou les vibrations que nous émettons peuvent les attirer, mais lorsqu’ils se rapprochent, les requins se retrouvent face à un objet qui ne correspond à rien de ce qu’ils connaissent.

Lorsqu’un requin se trouve soudainement confronté à quelque chose qu’il ne connaît pas, comme un plongeur, il se trouvera tiraillé entre deux sentiments opposés: la curiosité et la fuite. Il opte alors pour une approche en cercle.

 

Jean-Marc Rodelet
© Sharkschool Europe