Faut-il sauver tous les requins?

Faut-il sauver tous les requins?

Des centaines d'ailerons de requins sèchent au soleil

Chaque jour, nous perdons entre 30 et 40 espèces de plantes et d’animaux. Ce chiffre est tout simplement incroyable, pourtant, il nous est difficile de citer ne fusse qu’une seule de ces espèces. Il est triste de constater à quelle vitesse la biosphère disparaît sans même que nous en soyons conscients.

Comment expliquer ce phénomène? Est-ce dû à l’ignorance, à une absence de recherche, à sensibilisation trop faible…? Il n’existe pas de réponses claires, à l’exception, peut-être, des mécanismes qui régissent notre planète.

Les requins ne sont pas épargnés par le phénomène. Les espèces sur le point de disparaître sont bien trop nombreuses et beaucoup d’entre elles ne verront jamais le siècle prochain. Nous le savons, nous en sommes conscients et pourtant, nous sommes incapables de (ré)agir.

Alors que faire?

Il existe des solutions et des techniques pour sauver des espèces en voie de disparition, mais cela pose un dilemme: cela vaut-il vraiment la peine d’assurer leur survie? Dans un monde rempli de défis comme l’accès à l’eau potable, l’acidification des océans ou le réchauffement climatique, est-il possible de justifier l’affectation de sommes énormes pour prolonger la vie de certaines espèces dont l’extinction est inéluctable?

Dans un monde parfait, cela semble possible, mais voilà… notre monde est loin d’être parfait. Il faut se faire à l’évidence: sauver des espèces de l’extinction ne signifie pas les sauver, mais prolonger leur survie.
Entre-temps, les efforts consentis à sauver une espèce occultent le fait que d’autres disparaissent. Certes, il est louable de sauver une espèce en particulier, mais, si l’on se place dans le grand schéma de la nature, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Nous n’avons pas le luxe de nous focaliser sur une seule espèce alors que d’autres, moins connues, sont tout aussi menacées.

Ce point de vue peut sembler très politiquement incorrect, mais réfléchissons un instant… Quelles sont les espèces encore capables d’amortir l’impact de l’homme sur la planète? Les espèces les plus abondantes. Les membres des espèces biologiquement éteintes n’ont, quant à eux, plus aucun impact sur leur environnement.

Il est évident que nous souhaiterions pouvoir les protéger toutes, mais cette idée date d’il y a des milliers d’années, lorsque l’homme vivait en harmonie avec la nature. À cette époque, certaines espèces disparaissaient également chaque jour, mais nous ne précipitions pas leur disparition.

L’illusion de plein pouvoir sur la nature, n’enlève rien au fait que s’il continue à faire cavalier seul, l’homme court à sa perte. Nous avons besoin de la nature, des plantes et des animaux pour vivre et assurer notre avenir et seules des espèces les plus abondantes peuvent nous y aider. C’est sur elles que nous devons concentrer nos efforts de conservation doivent de concentrer. Nous ne pouvons pas protéger toutes les espèces, c’est affligeant et enrageant. Cela prouve encore une fois que l’homme a beaucoup de mal de sortir de son égoïsme et ne mérite pas cette place d’espèce supérieure qu’il s’est attribuée.